l-intolerance-au-gluten-

Dans l'article précédent, vous trouverez en audio comme sujet principal l'intolérance au gluten.

Qu'est-ce que le gluten ?
Le gluten est un ensemble de protéines.
On ne le trouve que dans certaines céréales, et il n'a pas la même forme dans toutes
les céréales ; il est plus ou moins agressif
Moyen mnémotechnique : BASOKE (Blé, Avoine, Seigle, Orge, Kamut, Epeautre)
Le gluten est nécessaire pour la panification : élasticité, croustillant ...

Combien de personnes sont touchées
Statistiques : 1 personne sur 300 environ en Europe / 5 à 10% en France
Mais 10 fois plus seraient concernées par la maladie et non diagnostiquées. Selon de
nombreux spécialistes, seuls 10 % à 20 % environ des malades atteints d'une
intolérance au gluten sont correctement diagnostiqués.
Le problème est que l'intolérance au gluten concerne de plus en plus de personnes, or
les aliments incriminés sont la base de notre alimentation ! Il n'y a qu'à essayer de
trouver un déjeuner sur le pouce sans gluten en ville pour se rendre compte que le
gluten est partout !

Dans quels aliments ?
Dans les céréales vues précédemment : blé avoine seigle orge kamut et épeautre, et
tous leurs dérivés : pain, pâtes, pizza, biscuits, brioche, pain de mie, pâtisseries,
hamburger, farine de blé.
Plats préparés/ industriels : certaines sauces soja, certains desserts lactés épaissis à la
farine, certaines viandes, saucisses, préparations industrielles, poissons panés,
certaines moutardes.
(Certaines préparations sont enrichies de gluten, et certaines fabriquées à partir du
gluten : seitan connu des végétariens : consistance qui imite celle de la viande, et donc
très riche en protéines.)

Qu'est ce que l'intolérance ?
C'est l'ensemble des réactions pathologiques (détériorant l'état de santé) de
l'organisme passé un certain seuil, une certaine dose d'un aliment donné.

Qu'est-ce qu'une allergie ? quel est le mécanisme de l'intolérance ?
Il faut bien différencier allergie et intolérance
Allergie : RARE. Réaction du système immunitaire, qui entraîne une réaction
immédiate de l’organisme contre lui-même,
en l'occurrence contre la paroi des intestins.On parle alors de maladie Coeliaque.
Signes forts et immédiats : diarrhée,crampes abdominales, troubles respiratoires, troubles cardiaques,
oedème,hypersécrétion et inflammation au niveau des muqueuses
Intolérance : pas de réaction immunitaire. Processus plus chronique, qui s'installe de
façon plus insidieuse. Signes très différents selon les fragilités de chacun.
Ces signes sont liés à un phénomène d'encrassage par des morceaux de protéines de
gluten non digérées, et qui passent la barrière intestinale, et dont le corps ne sait que
faire. On observe alors des pathologies d'encrassage ou d'élimination telles que
décrites par le Pr Jean Seignalet.

Comment repérer une intolérance ?
Parfois asymptomatique
Pouls qui accélère pendant quelques minutes voire quelques heures après le repas.
Des tests existent mais ils ne sont pas tous fiables, très cher d'environ 100 à 500 euros
(pour tester 270 substances alimentaires). Par contre, vos symptômes et vos ressentis
sont de bons indicateurs, alors faites vous confiance !
La première chose à faire, si on se sent prêt : arrêter complètement de consommer du
gluten pendant 3 semaines pour tester sa sensibilité, puis reprendre progressivement
pour tester sa tolérance personnelle.
Signes généraux de l'intolérance au gluten :
– Troubles digestifs
– Troubles cutanés
– Troubles respiratoires et ORL (bouche, nez gorge, oreilles)
– Trouble neurologiques
– Troubles urinaires
– Troubles articulaires
Signes spécifiques :
– Troubles digestifs : maux de ventre, ballonnements, gaz, diarrhée,
constipation, alternance des deux, RCH, maladie de Crohn, Troubles
fonctionnels intestinaux = Colopathie fonctionnelle
– Fatigue
– Prise de poids
– Carence en fer (anémie)
– Troubles psychologiques/du comportement : dépression, agressivité, anxiété,
états dépressifs, spasmophilie
– Troubles cognitifs : perte de mémoire, difficultés de concentration, autisme
– Allergies : rhume des foins
– Migraines
– Schizophrénie
– Polyarthrite rhumatoïde
– Sclérose en plaques
– Diabète sucré juvénile
– Affections cutanées : acné, psoriasis, eczéma
– Certaines pathologies auto-immunes
Le gluten a ainsi des effets néfastes sur de nombreux organes, les articulations,
la fatigue générale ou la prise de poids. Arrêter le gluten aiderait à se sentir
mieux dans sa peau en résolvant de nombreux soucis de santé relativement
handicapants, avec lesquels ont fait souvent « avec », dans la résignation.

Quelles sont les causes ?
Sélection des blés modernes cf : livre de Seignalet
cf: documentaire les blés d'or d'Honorine Périno
Alimentation raffinée et industrielle (gluten utilisé comme additif)/ Manque de fibres
(les fibres éliminent la colle formée par le gluten) : trop peu de fruits et de légumes,
céréales raffinées, excès alimentaires / alimentation de plus en plus riche en blé
Conséquence : le gluten modifié et présent en plus grande quantité dans le blé
qu'auparavant. On ne peut pas le digérer, et il y a formation de colle dans l'intestin.
La muqueuse intestinale s'en trouve affaiblie. De plus, le gluten n'étant ni DIGÉRÉ, ni
ÉLIMINÉ, des morceaux de protéines passent dans le sang .Ces morceaux sont
inutilisables pas l'organisme, et les déchets ainsi formés se déposent dans les organes.

Que mettre en place ? quelles solutions ?
Y aller DOUCEMENT.
Consulter un(e) diététicien(ne) nutritionniste ou un(e) naturopathe, toujours en
s'écoutant !
Se rapprocher de personnes qui évitent le gluten : partage d'expériences, de recettes.
Participer à des ateliers de cuisine sur ce thème
Concrètement :
Pour tester sa tolérance : enlever totalement le gluten pendant 3 semaines. QUAND
ON SE SENT PRÊT ET ENCOURAGÉ DANS SON ENTOURAGE.
Pour vous aider, vous pouvez tenir un carnet de bord de vos changements
alimentaires. Par exemple, faites un tableau à 3 colonnes pour noter la date, les
menus de votre journée, ainsi que les ressentis que vous avez (digestion, énergie ou
fatique, concentration, bien-être, sérénité, nervosité etc.)
Puis réintroduire petit à petit, et écouter son corps, voir si les symptômes
réapparaissent. Vous découvrirez ainsi votre seuil de tolérance, et apprendrez à mieux
connaître les limites et les besoins de votre corps.
ATTENTION : pour améliorer de façon durable et significative un état de santé
dégradé, il peut s'avérer utile d'effectuer d'autres changements qualitatifs et
quantitatifs dans son alimentation ; notamment en ce qui concerne la viande, les
produits laitiers, les produits industriels...
Si vous vous reconnaissez dans plusieurs symptômes, et que vous sentez en vous que
cela peut vous faire du bien de changer votre alimentation, faites le pas à pas.
Aller consulter un(e) naturopathe, un(e) diététicien(ne) qui pourront vous aider à faire
un bilan de santé, déterminer si diminuer ou exclure le gluten pourrait vous aider, et
vous accompagner dans cette démarche ( soutien pour démarrer, pour se fournir, pour
apprendre à cuisiner autrement...)
Au départ, ne pensez pas à ENLEVER mais plutôt à AJOUTER des aliments : fruits et
légumes frais, fruits secs, céréales sans gluten (riz, millet, sarrasin), graines germées
etc. Petit à petit, la proportion des aliments gênants diminuera d'elle-même,
au fur et à mesure que vous pourrez sentir une amélioration de votre santé.
Tout changement devrait se faire dans la joie et l'enthousiasme, et non pas se vivre
comme une contrainte, une restriction. Bannir le mot REGIME, parler
d'ALIMENTATION, de MODE DE VIE, d'ART DE VIVRE.
LE SECRET : écoutez votre corps !
Ne pas oublier le global : sommeil, activité physique, rencontrer des gens, passer des
moments avec des amis, sa famille, la mastication : prendre le temps, l'ambiance du repas (manger en
conscience), se ressourcer dans la Nature, prendre le soleil...


RÉFÉRENCES :
Internet :
Blog de Valérie CUPILLARD : biogourmand.info
cfaitmaison.com : onglet cuisine sans gluten
Magazine : (nouveau) Niépi – trimestriel sorti en avril
Livres :
Bio, bon gourmand de Valérie CUPILLARD
Sans gluten, naturellement de Valérie CUPILLARD
L'alimentation ou la troisième médecine, du Pr. Jean SEIGNALET

J'ai réalisé cet article avec mon amie Alice

Ali'Santé 2014– Conseillère en Alimentation santé
alisantenutrition.wordpress.com